Défendre les droits des femmes

Protéger les droits des femmes et assurer l’égalité entre les hommes et les femmes est un combat qui mérite toute notre énergie, celle des élus, des associations, des professeurs et de toutes les citoyennes et citoyens. N’oublions pas à quel point dans l’histoire les femmes ont été privées de droits essentiels :

  • Les femmes doivent attendre 1945 pour exercer leur droit de vote ;
  • jusqu’en 1965, les femmes devaient recueillir l’autorisation de leur mari pour exercer une profession. Jusqu’à cette date, elles ne pouvaient pas non plus ouvrir de compte en banque à leur nom.
  • Le 17 janvier 1975 est adoptée la loi Veil, qui dépénalise l’avortement et permet d’éviter de nombreux drames.

Toujours aujourd’hui, les motifs de revendications sont nombreux tandis que certains droits semblent remis en cause par une partie du personnel politique, notamment en ce qui concerne le droit des femmes à disposer de leur corps. Rappelons la réalité et les enjeux :

  • En France, 86 000 femmes sont victimes de viol chaque année.
  • En France, une femme décède tous les trois jours sous les coups de son conjoint.
  • En France, 100% des femmes ont au moins une fois dans leur vie subi une agression.
  • En France, les hommes gagnent 23 % de plus que les femmes en 2016. Sur le plan de l’emploi, plus de 80% des emplois à temps partiel sont occupés par des femmes, ce qui rend l’indépendance financière difficile.
  • Sans oublier ce que les chiffres ne peuvent exprimer : le sexisme ordinaire, le harcèlement de rue ou encore les choix d’études moins longues que les garçons, davantage incités dans les familles.

Quelle sera mon action comme député au sein de la majorité présidentielle ?

Autant que par des lois, nous ferons changer les mentalités et serons fermes sur ce combat :

→ Au sein de la majorité présidentielle, nous défendrons le droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

→ Pour lutter contre les violences faites aux femmes et le harcèlement, le gouvernement lancera rapidement une campagne nationale de communication et de sensibilisation tandis que le montant des amendes pour incivilité sera augmenté pour qu’enfin le harcèlement ne soit plus toléré dans l’espace public. Elles devront être payées immédiatement.
Pour protéger les femmes victimes de violence ou de harcèlement, nous généraliserons le téléphone d’alerte, aujourd’hui limité à une décision de justice, pour secourir plus rapidement les victimes de violences et lui redonnerons un rôle préventif. Ce dispositif a déjà sauvé des vies.

Vie familiale et vie professionnelle ne doivent plus être inconciliables

→ Un effort massif de construction de places de crèches sera initié et nous rendrons transparents les critères d’attribution des places de crèche.

→ Nous créerons un congé de maternité unique garanti pour toutes les femmes quel que soit leur statut (salariée, entrepreneuse, intermittente, non-salariée, statut multiple, etc.) aligné sur le régime le plus avantageux.

→ La fiscalité sera plus incitative. Actuellement, l’impôt décourage le travail des femmes : certains couples mariés paient davantage d’impôts que si les deux membres du couple vivaient seuls, notamment les couples où l’un des conjoints travaille à temps plein et où l’autre, à temps partiel, est lourdement imposé quand il souhaite travailler davantage. nous créerons une option d’individualisation de l’impôt sur le revenu.

Sur de nombreux autres domaines, l’exemplarité sera requise :

→ Elle concernera l’Etat : le gouvernement mettra en œuvre la parité dans les nominations des grands postes de l’Etat (agences et directeurs d’administration).

→ Elle concernera également les grandes entreprises : des opérations de contrôle aléatoires soutenues par le Défenseur des droits et imprévus auront lieu sur les politiques salariales et de ressources humaines.


L’égalité entre les hommes et les femmes n’est malheureusement pas acquise dans la France de 2017. Les femmes sont trop souvent victimes de discriminations et de harcèlement. Comme candidat d’un mouvement qui accorde une place importante à ces enjeux (le mouvement La République En Marche respecte la parité des délégués nationaux ou des candidats), je défendrai avec force les droits des femmes. Je suis particulièrement sensible à la question et suis admiratif du rôle des associations qui agissent pour aider les femmes victimes de violences.